mercredi 31 mars 2010

2010, une année difficile pour l'Ecommerce ?

Les Chiffres du premier trimestre 2010 concernant l'Ecommerce ne vont pas tarder à être publiés et malgré le titre de cet article, il ne va pas y avoir de chute monstrueuse...

En Janvier 2010, Il y a bien eu une progression de près de 30% des transactions et paiements CB par rapport à janvier 2010 ( source JDN ) mais quand même une baisse par rapport au mois de Décembre 2010 !

La progression continuera, poussée par l'augmentation des créations de boutiques ecommerce et par la croissance importante des plus gros (vente-privee.com ...).

Là où je suis pessimiste, c'est sur la marge de ces sites de vente en ligne que je classerais en 3 catégories:

Les Mastodontes comme vente-privee.com , Brandalley, Placedestendances, Sarenza...: leurs moyens (fonds, fichiers...) et leur notoriété (pub, buzz...) les mettent pour le moment à l'abri des difficultés, à condition qu'ils ne se reposent pas sur leurs lauriers.
( Les VPCistes se trouvant également dans cette catégorie auront par contre plus de difficultés car "plombés" par leur activité traditionnelle. ex: la Camif ..... leur survie tient à leurs fichiers ! )

Les Challengers comme monshowroom.com, jefchaussures, Tape à l'oeil, ... sont les plus sensibles.
En phase de développement certains ne sortent pratiquement pas de marge à cause de leurs investissements publicitaires et remises constantes pour créer de l'attractivité et se coller au contexte économique qui favorise les achats discount ( ventes privées, soldes flottants...)
Ce sont généralement les sites qui ont dépassé le million d'Euros de chiffre d'affaire et qui n'ont pas encore dépassé les 10...
Leur survie ? :
- dépasser les 10... en amortissant leurs frais -
- être "click and mortar" ou fabricant pour avoir plus de souplesse dans ses marges
- vendre des marques à forte notoriété
- innover !

Les Lilliputiens dont le nombre explose ... principalement des structures à effectif très limité ( maman, papa, la copine de maman et... des stagiaires ), des boutiques qui complètent leur activité avec de la vente en ligne, des grossistes et forrains soldeurs qui se convertissent...
Beaucoup d'auto-entrepreneurs qui se contente du plafond de leur statut et quelques marques ou enseignes qui ont juste mis un catalogue en ligne sur leur site vitrine sans investir.

Quand on est dans cette catégorie, il ne faut pas rêver... on y reste en se limitant à un salaire d'instituteur ( mais en travaillant 3 fois plus) ou on prend le risque de devenir Challenger au risque de tout perdre !

Les dangers qui guettent les E-commerçants en 2010 :

- les humeurs de Google : la dépendance à ce moteur de recherche est une épée de Damoclès... Celui-ci peut du jour au lendemain préférer un site de contenu à un site de vente en ligne et changer sa politique de référencement comme il a pu le faire avec des comparateurs de prix.
Les principaux sites intègrent ce risque dans leur business plan.

- la surenchère des liens sponsorisés : du fait de la concurrence, les coûts d'acquisition vont sensiblement augmenter. La recherche du clic sera plus difficile et même si "pas de clic, pas de frais" >>> "pas de frais, pas de ventes" - De même, la difficulté d'accéder à des mots clefs parfaitement ciblés va amener les webmarketeurs à étendre les investissements à des mots clefs secondaires donc qui transforment moins...

- la course aux promotions : synonyme de baisse de marge

- la saturation des emailings : sans parler des spams et fishing , le ras le bol des consommateur se fait ressentir au détriment de tous. On constate une hausse générale des désabonnements et si demain se secteur était amené à être mieux cadré juridiquement, beaucoup de fichier seraient mis au rebut...
Imaginez les conséquences si le double Opt'in devenait obligatoire ?

Et oui.. l'Ecommerce est devenu un vrai métier qui n'est plus forcement aux mains d'informaticiens ou de services marketing mais qui aura tendance à rechercher des profils de gestionnaires .
C'est surtout un métier qui évolue car les recettes d'hier ne fonctionnent plus aujourd'hui...

Aucun commentaire: